Marko NIKODIJEVIC

Marko Nikodijevic étudie la composition à Belgrade avec Zoran Erić et Srdjan Hofman entre 1995 et 2003. Il suit en parallèle des cours et des conférences en mathématiques et en physique puis entreprend en 2003 une formation avancée en composition avec Marco Stroppa à l'Académie de musique et des Arts de la Scène de Stuttgart. Nikodijevic reçoit des bourses et suit des masterclasses de composition à Apeldoorn, Visby, Weimar, Amsterdam, Salzwedel et Baden-Baden.

Ses compositions ont remporté des prix et distinctions notamment de l’International Young Composers Meeting d’Apeldoorn, du Gaudeamus Music Week d’Amsterdam, de la 3ème Biennale de Brandebourg et de la Rostrum of Composers de l'UNESCO.

Il réside à Paris de 2012 à 2013 en tant que boursier de la Cité internationale des Arts. En 2013, Marko Nikodijevic reçoit l'un des trois prix de promotion de la composition de la Fondation de musique Ernst von Siemens et, en 2014, il reçoit le Deutscher Musikautorenpreis (Prix allemand des compositeurs) dans la catégorie Promotion of New Talent.

Oeuvres

" Absolutio "

Pour orchestre

Sikorski

Postlude, musique de « l’après ». Un épilogue, à propos du salut et pour le salut.

Comme pour l’essentiel de ma musique, la pièce évolue à partir d’un simple principe strict. Un accord de trois notes produit le matériau musical au moyen de rotations intervalliques. Ces formes rotatives se dévoilent au même moment en champs harmoniques, en structures mélodiques et surfaces rythmiques, se constituant en champs harmoniques. La forme musicale elle-même s’étend tandis que ces champs thématiques tournent autour de leur propre axe imaginaire. C’est ainsi que s’élève une construction semblable à une spirale tourbillonnante dont l’attraction gravitationnelle ne cesse d’augmenter, avec les contours distants d’une “forme de sonate“. Dans l’œil du vortex inévitable, l’attraction des forces faiblit et la musique disparaît dans l’au-delà.

La partition porte en épigraphe un couplet de La Ballade de Reading Gaol d’Oscar Wilde : Et par quelle autre voie qu’un cœur brisé, Le Seigneur Christ entrerait-il ?

ABSOLUTIO est dédié, avec amour, à ma tante Hedvig Mago.

Marko Nikodijevic