Biographie

Helen GRIME

Une image contenant personne, mur, intérieur

Description générée automatiquementHelen Grime a étudié au Royal College of Music avec Julian Anderson et Edwin Roxburgh (composition) et John Anderson (hautbois). Elle a attiré l'attention du public en 2003, lorsque son concerto pour hautbois a remporté un British Composer Award. En 2008, elle a reçu une bourse Leonard Bernstein pour fréquenter le Tanglewood Music Center où elle a étudié avec John Harbison, Michael Gandolfi, Shulamit Ran et Augusta Read Thomas. Grime a été Legal and General Junior Fellow au Royal College of Music de 2007 à 2009.

Helen Grime a reçu des commandes d’ensembles et d’institutions tels que le London Symphony Orchestra, le Barbican Centre, Aldeburgh Music, Birmingham Contemporary Music Group, Britten Sinfonia, BBC Scottish Symphony Orchestra, Chamber Music Society of Lincoln Center et le Tanglewood Music Center. Les chefs d'orchestre qui ont interprété son travail sont Sir Simon Rattle, Pierre Boulez, Daniel Harding, Yan Pascal Tortelier, Oliver Knussen et Sir Mark Elder.

Entre 2011 et 2015, Grime a été compositeur associé à l'Orchestre de Hallé. Cette période fructueuse a donné lieu à une série de nouvelles œuvres et à un enregistrement de ses œuvres orchestrales publié par NMC Recordings. Ce disque a reçu le prix “ Editors Choice “ du Gramophone Magazine à sa sortie et a été nominé dans la catégorie Contemporain des Gramophone Awards 2015. En 2016, ses Two Eardley Pictures ont été créées aux BBC Proms et à Glasgow, remportant le prix de composition à grande échelle aux Scottish Awards for New Music et une nomination aux British Composer Awards l'année suivante.

En 2016, Grime a été nommé compositeur en résidence au Wigmore Hall. Les temps forts de cette période incluent une journée de concerts consacrée à sa musique, ainsi que les premières d'un concerto pour piano pour Huw Watkins et le Birmingham Contemporary Music Group dirigé par Oliver Knussen, ainsi qu’un cycle de chansons, Bright Travellers, pour la soprano Ruby Hughes et Joseph Middleton.

Parmi ses œuvres récentes, citons Woven Space (2017), commandé par le Barbican pour la saison inaugurale de Sir Simon Rattle en tant que directeur musical du London Symphony Orchestra, un concerto de percussion pour Colin Currie, qui a reçu ses premières représentations avec le London Philharmonic Orchestra et le Baltimore Symphony Orchestra, dirigé par Marin Alsop en janvier 2019 ; Limina une co-commande pour le Tanglewood Music Center et le Boston Symphony Orchestra, et Meditations on Joy pour le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, le Los Angeles Philharmonic et la BBC.

Entre 2010 et 2017, Helen Grime a été maître de conférences en composition à Royal Holloway, Université de Londres. En 2017, elle est nommée professeur de composition à la Royal Academy of Music de Londres.

Oeuvre(s)

" Limina (2019) "

Pour grand orchestre

Ed. Chester Music

SELECTION 2021

Écrit pour un grand orchestre (trois vents, trois percussionnistes, piano, harpe et cordes) Limina se compose d’un seul mouvement d’environ quinze minutes. Son énergie, ses nuances et son activité à plusieurs strates nécessitent une grande virtuosité et une forte cohésion de la part des musiciens. Cependant, Grime connaissait déjà l’excellence des précédentes prestations du Tanglewood Music Center Orchestra lorsqu’elle a écrit Limina et elle savait qu’elle pouvait demander beaucoup à l’orchestre.

« Limina » signifie « seuils », l’endroit où un état en devient un autre. Dans la pièce de Grime, les seuils séparent les notions musicales qui représentent des états expressifs. L’idée du passage entre les états lui a été suggérée par un chapitre de Palais de glace, roman de l’écrivain norvégien Tarjei Vesaas paru en 1963. Ce chapitre décrit les émotions d’une jeune fille tandis qu’elle se déplace entre les salles d’une cascade gelée. Bien que certaines pièces antérieures de Grime aient des liens avec des notions imaginaires et littéraires, le lien entre Limina et le récit de Vesaas était étrangement explicite et direct. Les différentes salles et les émotions correspondantes de la jeune fille ont décidé de la structure en épisodes de la pièce de Grime. Malgré cette particularité, une fois que Grime s’est complètement impliquée dans la pièce, elle s’est concentrée sur les aspects purement musicaux et liés à la composition. Bien que certains changements d’états musicaux soient très nets, ils s’entremêlent et s’imbriquent souvent les uns avec les autres. Le spectateur reste alors en équilibre, sur le seuil, pour ainsi dire. Le chevauchement de notions plus larges et de petites variations rythmiques entre des parties semblables « brouillent » l’impact de tout état expressif, à l’image des sentiments de peur, de joie et de confusion de la jeune fille qui se fondent. La musique met également en contraste la fragilité physique de la jeune fille avec la force et la froideur impassibles de la glace.

L’ouverture de Limina, annotée « Brillant, glacé », adopte délibérément un caractère froid, quelque peu déstabilisant. Ce passage se développe en vagues de plus en plus complexes qui envahissent l’orchestre tout entier : des cordes chatoyantes suspendues avec le vibraphone, une silhouette étincelante qui s’élève d’entre les bois aigus, une chorale morcelée parmi les cuivres. Les arpèges, qui forment une silhouette, joués par les trois violons solos sont le signe d’un état onirique continuel. L’expansion des cordes dans le registre grave fait apparaître un élément rempli de chaleur et d’humanité ; les différentes strates sont de plus en plus nettes, dotées d’un battement défini et de lignes mélodiques distinctes. La densité et l’intensité, de plus en plus fortes, mènent à un long accord marquant le début de l’épisode final, annoté « Extatique et tendre ». La chorale des vents, auparavant dissimulée, avance au premier plan, mais elle reste interrompue par les textures à couper le souffle des cordes, comme si elle était réticente à accepter entièrement le fardeau de la conclusion.

Programme note © 2019 Robert Kirzinger

" Luna "

Pour flûte, hautbois, clarinette, cor, percussion et piano

Chester Music

SÉLECTION 2012

CREATION

15 octobre 2011 – Concert Hall, Université de Glasgow - Red Note Ensemble - Commandé en 2011 par la Cour de l’Université de Glasgow, selon les conditions du Legs de McEwen.

NOTICE

Le point de départ de Luna est un poème de Ted Hughes intitulé Harvest Moon. La pièce se compose en un seul mouvement continu, mais fédère des sections bien définies. Alors que je travaillais sur la pièce, je commencais à associer les instruments par petits groupes. Bien qu'il n'y ait pas beaucoup d'interaction entre tous les membres de l'ensemble, les groupes instrumentaux sont devenus une caractéristique déterminante de l’oeuvre. Le piano et les percussions forment souvent un duo, interrompu par des passages virtuoses éparses en solo.
La flûte, le hautbois et la clarinette forment une sorte de trio unifié, jouant parfois à l’unisson une ligne ou combinant des lignes lyriques dans le ralentissement de la section finale de l'œuvre. Le cor a un rôle distinct de soliste, avec des passages en solo, construisant une petite cadencece qui conduit l’oeuvre jusqu’à sa destination finale.
© Chester Music Ltd