Biographie

Maja Solveig Kjelstrup RATJE

© Lars Skaaning

Maja Solveig Kjelstrup Ratkje, compositrice et interprète a terminé ses études de composition à l'Académie norvégienne de musique d'Oslo en 2000.

Sa musique est jouée dans le monde entier par des interprètes tels que l'Ensemble Intercontemporain, Klangforum Wien, Oslo Sinfonietta, The Norwegian Radio Orchestra, BBC Scottish Symphony Orchestra, SWR Symphonieorchester, Sinfonieorchester Berlin, Fretwork, Cikada, quatuors à cordes Mivos et Bozzini, Quatuor Renoir, Engegård Quartet, Red Note Ensemble, Andreas Borregaard, Stephen Menotti, Marianne Beate Kielland, SPUNK , Frode Haltli, POING et bien d'autres. Des concerts de portraits avec sa musique ont été entendus à Toronto et à Vienne, elle a été compositrice en résidence dans des festivals comme Other Minds à San Francisco, Trondheim Chamber Music Festival, Nordland Music Festival à Bodø, Avanti ! Festival d'été en Finlande, Båstad Chamber Music Festival et Huddersfield Contemporary Music Festival.

Ratkje a reçu des prix tels que la tribune internationale des compositeurs à Paris pour les compositeurs de moins de 30 ans, le prix norvégien Edvard (œuvre de l'année) à deux reprises, le prix écossais de la nouvelle musique pour Aeolian, le deuxième prix de la Fondation Russolo. En 2001, elle est la première compositrice à recevoir le prix norvégien Arne Nordheim. Son album solo Voice a obtenu un Distinction Award au Prix Ars Electronica en 2003. En 2013, elle a été nominée pour le Nordic Council Music Prize pour son travail vocal. En 2017, elle a été acceptée comme membre de l'Akademie der Künste, Berlin. En 2020, elle a reçu le prix Liv Ullmann et le prix Buddy et son travail "Sirkling" a été récompensé "travail de l'année" par le syndicat des éditeurs de musique en Norvège. En 2021, Ratkje a reçu une mention honorifique pour son travail solo aux Giga-Hertz Awards, et elle a obtenu le prix Lindeman en Norvège.

Ratkje est actif en tant que chanteuse/ interprète vocale et ingénieur en électronique, en tant que soliste ou dans des groupes tels que SPUNK et Avant Joik. Elle a été soliste avec des orchestres tels que The Norwegian Radio Orchestra, Ensemble Intercontemporain, Klangforum Wien, Avanti! Orchestre de chambre, Trondheim Symphony Orchestra et BBC Scottish Symphony Orchestra. D'autres collaborations incluent Stian Westerhus, Jaap Blonk, Joëlle Léandre, Ikue Mori, Zeena Parkins, Stephen O'Malley, Lasse Marhaug, Agrare, POING et bien d'autres.

Ratkje a interprété sa propre musique pour des films, de la danse et du théâtre, des installations et de nombreux autres projets. L'art visuel ou le matériel textuel font souvent partie de son propre travail, dans des installations ou des mises en scène. Elle a fait de grandes œuvres de galerie avec SPUNK, elle a composé la musique d'une pièce radiophonique d'Elfriede Jelinek et, en 2003, elle a joué un rôle dans son propre opéra, basé sur les textes de la bibliothèque de Nag Hammadi.

Ses partitions se trouvent chez Wilhelm Hansen/Music Sales et le service d'édition de la Bibliothèque nationale de Norvège, ses disques sont publiés sur Tzadik, Rune Grammofon, 2L, ECM, Important Records et de nombreux autres labels.

Oeuvre(s)

" Considering Icarus "

Pour trombone et orchestre

Ed. Wilhelm Hansen

SÉLECTION 2022

19’

> Création : 14/10/2021 - Stephen Menotti.

SWR Symphonieorchester, dir. Brad Lubman.

 

William Butler Yeats a un jour écrit un poème intitulé To a Friend Whose Work has Come to Nothing [À un ami dont le travail n’a rien donné] (1931). En 1960, la poétesse américaine Anne Sexton écrit le poème suivant, publié au sein de son ouvrage To Bedlam and Part Way Back. Je le considère comme un encouragement à atteindre le soleil. Si vous n’essayez pas, vous ne le saurez jamais. Je le trouvais tout à fait adapté au concerto pour trombone et à la volonté ferme du soliste de faire s’envoler la musique.

 

"À un ami dont le travail a triomphé

Pense à Icare, qui enfile ses ailes collantes,

ressentant cet étrange petit tiraillement contre son omoplate,

et pense à ce premier moment, parfait, au-dessus de l’herbe

du labyrinthe. Pense à la différence que cela a faite pour lui !

Là, en dessous se trouvent les arbres, aussi maladroits que des dromadaires ;

et ici, les étourneaux, qui battent des ailes, surpris

et pense à l’innocent Icare qui s’en sort très bien.

Le voilà, plus large qu’une voile, au-dessus de la brume et du fracas

de l’océan moutonneux. Admire ses ailes !

Ressens le feu dans sa nuque et observe sa désinvolture

tandis qu’il regarde en l’air et qu’il se laisse captiver, émerveillé,

par cet œil brûlant. Peu importe qu’il retombe dans la mer !

Regarde-le acclamer le soleil et retomber

tandis que son père, raisonnable, s’en va directement à la ville."

 

Avec l’aimable autorisation de la maison d’édition Houghton Mifflin