fondation prince pierre de monaco

Biographie

Carmine-Emanuele CELLA

Nationalité : Italienne

Compositeur et chercheur, Carmine-Emanuele Cella travaille sur les relations entre mathématiques et musique. Diplômé du conservatoire G. Rossini de Pesaro en piano, informatique musicale et composition, il obtient ensuite un Master en composition de l'Académie Sainte Cécile de Rome avec Azio Corghi. Il étudie en outre la philosophie et les mathématiques et obtient un doctorat de logique mathématique à l'Université de Bologne avec sa thèse intitulée On Symbolic Representations of Music (2011).
Pour ses compositions, Carmine-Emanuele Cella reçoit plusieurs prix, parmi lesquels le Premier prix du Concours Rossini (1998), le Premier prix Egidio Carella (2010), le Second prix du Concours de composition ICOMS (2010). En 2009, il est selectionné par l'Orchestre de la SWR de Stuttgart et en 2011, il est finaliste du Prix international Isang Yun de Corée du Sud pour The Manhattan distance pour orchestre.
En 2007, il reçoit la bourse E. Conestabile de l'Académie Chigiana de Sienne et la bourse G. Guarino de l'Académie Sainte Cécile de Rome et en 2008, le prestigieux Prix Petrassi de composition des mains du Président de la République italienne, Giorgio Napolitano. En 2015, il reçoit le Prix Una Vita Nella Musica Giovani au Théâtre La Fenice à Venise.
En 2007-2008, Carmine-Emanuele Cella est chercheur à l’Ircam à Paris, travaillant sur l'indexation audio. En 2011-2012, il réalise l’informatique musicale Ircam de Limbus-Limbo, opéra de Stefano Gervasoni. Il est la même année compositeur en résidence à l'Ircam où est créé Gia' s'ottenebra il giorno pour orchestre, lors du festival-académie ManiFeste 2012 et qui lui commande Reflets de l'ombre pour l'Orchestre Philharmonique de Radio France créé en juin 2013 à la Salle Pleyel. Il est sélectionné pour l'année 2013-2014 comme résident de la Casa de Velazquez à Madrid.
En 2015-2016, il mène des recherches en mathématiques appliquées à l'École Normale Supérieure de Paris. En 2016, il est en résidence à l'Académie Américaine à Rome, où il travaille sur son Opéra Pane, sale, sabbia créé en juin 2017 à l’Opéra National de Kiev. Actuellement il mène des recherches à l'Ircam sur l’orchestration automatique, un problème soulevé par Boulez aux débuts de l’Ircam et resté sans réelle solution jusqu’à aujourd’hui. C. E. Cella a proposé des solutions novatrices qui font consensus dans la communauté.
Il travaille en parallèle sur des projets à venir : une pièce pour percussions augmentées, qui sera jouée par les Percussions de Strasbourg en 2019 et une pièce pour sons électroniques en temps réel qui sera jouée simultanément dans trois villes (Paris, Athènes et Karlsruhe) en Novembre 2019.

 

Oeuvre

“ All of a sudden ”

Suvini Zerboni